Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Philippe, dans la prière ma foi s’intensifiait

De:

AddAntibesJ’ai grandi dans une famille catholique et j’ai fréquenté des écoles privées ici à Antibes, l’école du Mont Saint Jean et l’école Saint Philippe à Juan les Pins.Tout le long de ma jeunesse, j’allais à l’Eglise et j’avais droit aux sacrements, avec notamment la profession de foi. Tout cela, je l’avoue, je l’ai fait par tradition et pour faire plaisir à mes parents, sans en réaliser le sens.

A l’âge de 20 ans, j’ai perdu mon frère qui en avait 16, dans un accident de moto. Le peu de foi que j’avais en moi est parti et s’est transformé en un rejet total de Dieu. Je me suis néanmoins marié à l’Eglise et j’ai fait baptiser mes enfants.

Au début de l’année 2011, nous avons appris que ma mère était atteinte d’un cancer incurable. Etant très proche de mes parents que je voyais tous les jours, tout s’écroulait autour de moi. Cela faisait un moment que je n’avais plus de nouvelles de mon frère Gilles, mais étant l’aîné, j’ai pris le téléphone pour lui annoncer, ainsi qu’à sa sœur, cette terrible nouvelle. De suite, il a répondu présent et ensemble nous avons fait face. Tous les deux sont venus d’une manière plus que régulière rendre visite à nos parents pour nous aider à les soutenir.

Le médecin avait donné entre deux et trois ans d’espérance de vie dans le meilleur des cas à notre mère. Elle a subi une chimio, traitement qui l’a très fatiguée et très amaigrie. Pour Noël, quelques mois après, ma mère allait beaucoup mieux, les examens étaient excellents. Mais j’avais un doute, aussi j’ai dit à mon frère et ma sœur de s’attendre au pire et de bien profiter de l’instant présent. Moins de 15 jours après, elle tombait dans le coma et ne s’est plus jamais réveillée.

Je peux dire qu’elle est partie paisiblement, je l’ai sentie sereine et aujourd’hui je sais que c’est grâce au Seigneur, car auprès d’elle mon frère l’a accompagnée dans la prière et elle a accepté Jésus le Sauveur dans ses derniers instants.

Le départ de notre mère nous a rapprochés mon frère et moi. Au départ, je dois le dire, le fait de le savoir chrétien évangélique me faisait un peu peur, comme tout ce que l’on ne connaît pas. Au fur et à mesure, je me rendais compte qu’il avait une foi inébranlable.

Puis il y a eu le baptême de son fils William. Au début je pensais ne pas pouvoir venir, mais finalement avec mon épouse nous sommes rentrés ce jour-là pour la première fois dans cette Eglise. Par la suite, nous avons commencé à fréquenter ce lieu de culte et très rapidement nous y sommes venus de plus en plus régulièrement. A chaque réunion j’ai commencé à ressentir une présence. Dans la prière, ma foi s’intensifiait. Le chemin vers le Seigneur peut être long et semé d’embûches, mais Jésus m’a donné une sérénité et un amour qui m’ont bouleversé.

La boule que j’avais au fond de moi suite au décès de ma mère est partie, mon cœur a été apaisé et j’ai arrêté de fumer sans ressentir le moindre manque. Suite à la prière, j’ai aussi été soulagé d’une douleur aux vertèbres cervicales que je traînais depuis de nombreuses années.

Mon cœur très dur s’est ouvert et avec mon épouse Michèle nous marchons sur le même chemin, notre couple s’étant encore plus ressoudé, merci Seigneur.

Philippe,

Scroll Up