Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Témoignage de Paulette BOYET

De:

AddAntibes

« Confession catholique, croyante, mais non pratiquante ». Combien de fois avons-nous entendu cette phrase autour de nous ? J’étais du nombre. Dieu existait mais, Il était si loin que je vivais sans Lui. Je ne savais pas que Jésus était mort pour les péchés de l’humanité. Je n’avais ni tué, ni volé. J’avais reçu ce qu’on appelle une bonne éducation : je n’avais aucune raison de me culpabiliser.


Puis les épreuves surgissent. De très lourdes épreuves et c’est grâce à elles (je dis bien grâce à elles) que je me suis retrouvées un jeudi après-midi à l’Eglise du Châtaignier. C’est mon état de santé déplorable dû à ce vécu qui rendait très soucieuse la doctoresse qui me soignait depuis de longues années. Devant cet état, elle me mit en relation avec une chrétienne dont le fils avait été un an dans un centre de réhabilitation chrétien : « Essayez, vous verrez bien », me dit-elle. Effectivement au point où j’en étais…

Je me suis donc rendue accompagnée de mon fils à une réunion évangélique le jeudi suivant. Nous étions en janvier 1993, nous vivions « l’enfer » depuis 1979.
L’accueil fut chaleureux. Les personnes présentes dans ce lieu prenaient part à ma douleur. Les chants étaient beaux, les pasteurs ont prié pour nous, nous ont offert une Bible et nous sommes rentrés à la maison le cœur moins lourd. Cependant, j’étais perplexe : ce parler bizarre, ces personnes qui priaient toutes en même temps, qui levaient les mains dans une petite salle sans statues, sans Christ sur la croix… étais-je dans une secte ?

Mais je repris le chemin de l’Eglise, encouragée par cette chrétienne. J’assistais aux cultes, aux réunions d’évangélisation, puis aux soirées de prière dans une réunion de maison.

Je lisais la Bible, prenais des notes, faisais des résumés sur la vie des rois, des serviteurs de Dieu, des prophètes. Mais, avec le recul, je me rends compte qu’au début, j’étais intéressée par le côté historique. Aimer Dieu sans Le connaître m’était difficile, et beaucoup de choses restaient incompréhensibles.

Les prédications m’étaient d’un grand secours puis, lorsque les études biblique ont été instituées, je les ai suivies. Je peux dire à ce sujet qu’elles sont d’un grand enrichissement spirituel. Elles nous aident à progresser et à obéir à l’amour de Dieu. Ce partage avec d’autres personnes vivant des expériences similaires resserrent nos liens affectifs.

J’ai fait confiance à Christ et Le recevant dans mon cœur et ma vie a changé. J’ai reconnu que, bien que me croyant très bien, j’étais quelqu’un qui avait péché, et j’ai vécu le pardon de Dieu.

Il est présent à chaque instant. J’ai compris qu’Il permettait les épreuves pour nous attirer à Lui, pour nous affermir dans la foi, pour nous tester, pour intervenir en notre faveur.

Il nous donne la capacité d’endurer, de combattre ce qui produit en nous la patience et surtout, Il nous donne la paix… « cette paix de Dieu qui surpasse toute intelligence ».

Il a restauré ma santé, dès ma deuxième année de conversion, j’ai délaissé tout anti-dépresseur. Gloire à Dieu, loué soit Son Nom.

Scroll Up