Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Transhumanisme posthumanisme

5 août 2020

Transhumanisme posthumanisme

Transhumanisme posthumanisme

Le transhumanisme est un courant de pensée inspiré par une vision libertaire de la vie en société c’est-à-dire sans règles, sans lois, pas de maître et bien sûr pas de Dieu.

Ainsi l’idée principale défendue par les transhumanistes est que Dieu est mort ;

déclaration empruntée au philosophe allemand du 19ème siècle, Nietzsche, lequel après une vie privée malheureuse, s’écriera sur son lit de mort entre deux crises de démence :

« n’y a-t-il donc personne qui me dira ce qu’il y a après la mort » ?

On ne se moque pas de Dieu.

Les transhumanistes, inféodés à la théorie de l’évolution de Darwin pensent comme Nietzsche, que l’homme est en devenir.

Il est une création toujours renouvelée dans une incessante fuite vers autre chose avec comme finalité : devenir un surhomme maîtrisant même la mort…

Pour eux, le singe s’est redressé, devient singe évolué, puis un homme.

L’homme évolue aujourd’hui encore, et demain, il sera autre chose. Un surhomme avec des capacités phénoménales. Puis il deviendra machine, étape finale de sa destinée : c’est « le posthumanisme ».

Les idéologues transhumanistes proclament « la mort de la mort » et donc qu’il est possible de vivre très longtemps et même éternellement.

Ils séduisent des gens très riches qui , parce qu’ils ont tout et qu’ils règnent déjà dans ce monde, ont peur de la mort.

Parmi eux de très nombreux managers et patrons de l’industrie numérique.

De ce fait, le courant transhumaniste a des moyens financiers illimités ce qui lui permet de s’attacher les meilleurs scientifiques, les meilleurs ingénieurs leur donnant une impression de puissance illimitée.

Ce n’est pas un mouvement de masse, d’ailleurs ils ne cherchent pas l’adhésion des foules ; mais c’est un mouvement élitiste pensant que seuls quelques-uns devront survivre à la fin de l’homme.

Le transhumanisme n’est pas une société secrète. Pas une théorie du complot.

Au contraire ils ont pignon sur rue et se mettent en avant. Ils se mettent en scène, écrivent de nombreux livres, font des conférences et sont particulièrement actifs sur les réseaux sociaux.

En 2013 Google créé une société appelée Calico dont le but est de retarder la mort jusqu’à la faire disparaître.

Seulement il apparaît que ce n’est pas si facile et que l’immortalité biologique est encore une utopie.

Alors les milliardaires de ce monde ne désarment pas et s’intéressent au Posthumanisme c’est-à-dire l’immortalité numérique : l’homme intégré dans la machine.

Dans cet perspective, Elon MUSK, patron de Tesla, crée la société Neuralink qui promet pour 2025, des implants intra cérébraux destinés à augmenter les capacités intellectuelles et extraire les souvenirs du cerveau humain et les insérer dans la mémoire d’une machine.

Ces souvenirs couplés à l’analyse des données, ou data, collectées sur l’ensemble de la vie, permettent de créer un double numérique qui , associé à un hologramme, fait revivre la personne.

C’est l’immortalité posthumaniste.

Cela peut faire sourire ? Et pourtant ce n’est pas de la science-fiction.

Ces hommes défient Dieu. Leur arrogance est sans limite. Ils sont comme Goliath défiant le peuple de Dieu.

Un jour, une simple pierre et une fronde les feront tomber, eux et toute leur science arrogante.

Et leur chute sera brutale.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut