Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Résurrection

22 mars 2021

Résurrection

Résurrection

Si vous faites une enquête auprès d’une population quelle qu’elle soit, en demandant : « quelle est la fête chrétienne la plus importante » ?

Spontanément et immédiatement la réponse est : « Noël ».

Si vous faites la même enquête dans un milieu chrétien, les résultats sont sensiblement les mêmes.

C’est étonnant la place de Noël dans les représentations des gens. En effet Noël est sensé célébrer la naissance de Jésus alors que la date de sa venue au monde est inconnue. Et ce qui est plus gênant, c’est que la date du 25 décembre retenue n’a rien de religieux, puisque c’est la « fête du soleil ».

En effet, Avant la christianisation de l’Occident, une fête appelée : « jour de la naissance du soleil invaincu » avait été fixée au 25 décembre par l’empereur romain Aurélien en 274 après Jésus-Christ, comme grande fête du culte du soleil.

La première mention d’une célébration chrétienne à la date du 25 décembre a lieu à Rome en 336. C’est avant tout un choix politique et stratégique des évêques de Rome afin de plaire aux empereurs romains devenus chrétiens et de contenter les païens, convertis de force, qui avaient l’habitude de fêter cette date. 

Mais dans le fond, ce qui compte, c’est de célébrer la venue du fils de Dieu sur terre et peu importe la date choisie.

Cependant, c’est tout de même étonnant que les chrétiens eux-mêmes citent majoritairement en premier la fête de Noël. Viennent ensuite, selon les milieux : Pâques ou la Résurrection et Pentecôte.

En effet si Noël n’est pas suivi de Pâque et de la croix à Golgotha, Noël célèbre une naissance comme des millions d’autres. Et si la mort de Jésus n’est pas suivie de la résurrection, alors la croix n’est qu’un supplice subi par des milliers d’autres condamnés.

Finalement, la résurrection de Jésus est l’évènement le plus considérable de tous, et de loin ! En partageant le pain et le vin à la demande de Jésus, les enfants de Dieu se souviennent de la mort de Jésus. Mais Sa résurrection le premier jour de la semaine qui suit Pâques, quand la fêtons-nous ? À peine est-elle évoquée.

Or, la résurrection de Jésus est le cœur du christianisme. Si Jésus ressuscite, nous ressusciterons. S’il monte au ciel, nous y monterons aussi parce que nous sommes UN avec Jésus. Parce qu’Il est ressuscité, nous sommes aussi ressuscités avec lui. C’est ce que dit l’apôtre Paul aux Éphésiens : « Dieu nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ ».

La résurrection de Jésus, c’est l’assurance du salut de l’enfant de Dieu. Dans certaines branches du christianisme la résurrection de Jésus, bien que reconnue, n’est pas vraiment mise en avant. Il est caractéristique de constater que là où la résurrection de Jésus est dans l’ombre, alors les chrétiens n’ont pas l’assurance de leur salut. Et s’il n’y a pas assurance du salut, il n’y a pas « joie du salut ».

Saisissons donc la résurrection de Jésus et vivons en ressuscité ; mais n’oublions pas à quel prix notre résurrection a été acquise. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut