Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Impérialisme

27 septembre 2021

Impérialisme

Impérialisme

La Chine est une pieuvre mondiale qui étend ses tentacules pour assujettir la plupart des pays du monde. Pour cela, depuis 2013 elle développe ce qu’elle appelle les « nouvelles routes de la soie » qui sont une forme d’impérialisme économique. L’objectif de la Chine est d’étendre son influence sur le monde par la mise en place d’infrastructures lourdes, comme des ports, des autoroutes ou des voies ferrées dont elle assure le financement.

La Chine a investi 410 milliards de dollars en cinq ans dans les nouvelles routes de la soie. Pour financer ces projets elle a créé des institutions financières comme « la banque asiatique d’investissements » qui concurrence la Banque Mondiale.

Par cette stratégie, la Chine vise deux objectifs officiels : sécuriser les routes par lesquelles transitent les marchandises qu’elle vend partout dans le monde et également s’ouvrir de nouveaux débouchés économiques.

Il existe un troisième objectif non avoué, qui est de sécuriser ses approvisionnements en matière première et, plus radicalement, s’approprier les ressources dont elle a besoin. N’a-t-elle pas tenté d’acquérir par exemple des pans entiers de territoires en Islande et n’est-elle pas déjà propriétaire d’une partie de l’Afrique ? La méthode employée pour faire ces acquisitions est parfois contestable. En effet, dans ses accords de création d’infrastructure, l’argent avancé par la chine est l’objet d’échange ou de remboursement de crédit. Si le pays partenaire ne peut assurer le remboursement, la Chine devient propriétaire de ce qu’elle a financé avec, dans certains cas, la possibilité d’implanter une base militaire.

En fait la chine se trouve confrontée à un véritable problème. Elle est en surcapacité de production dans certains secteurs, notamment celui de la construction et elle dispose d’énormes stocks évalués à plus de 3 000 milliards de dollars.

Après l’Asie et l’Afrique, l’Europe est la cible des routes de la soie. Pas seulement le sud comme la Grèce où elle a déjà investi, mais aussi la Finlande, la Suède et l’Estonie.

Le projet est de développer « les routes polaires de la soie ». Elles passeraient par l’Arctique pour arriver à Rotterdam. Les projets consistent en la création de lignes ferroviaires, le percement d’un tunnel sous-marin, ou encore la création de terminaux portuaires.

A travers ces nouvelles routes de la soie, la Chine tente d’instaurer de nouveaux standards et de nouvelles règles internationales. En 2019, 30 chefs d’états se sont réunis lors de sommets internationaux à l’initiative de la Chine qui veut une mondialisation à sa main.

La puissance économique et financière de la chine est considérable. Elle s’appuie dessus pour instaurer un nouvel ordre mondial. Et quand on sait la manière dont elle utilise les technologies numériques pour surveiller sa population et le peu de respect qu’elle a pour les personnes et les droits de l’homme, il y a de quoi s’inquiéter pour l’avenir.

Sauf intervention divine, il n’y aura pas de retour en arrière. C’est pourquoi nous devons prier, plus que jamais, pour que nos enfants soient affermis dans la foi afin d’affronter les tempêtes à venir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.