Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Coach

12 août 2020

Coach

Coach

L’homme du 21ème siècle doit être fort et sûr de lui.

Il doit avoir dépassé ses inhibitions, maîtrisé ce qui, de sa personnalité, n’est pas présentable selon les critères du monde.

Il doit réussir tout ce qu’il fait, ne jamais avouer qu’il ne sait pas faire et surtout, ne pas montrer de quelconques faiblesses.

Ce doit être un homme ou une femme de décision, qui reste ferme face à l’opposition et surtout, ne  laisse pas paraître quelques regrets.

La société lui impose d’être capable de s’adapter, se remettre en question et rebondir sans jamais faiblir.

Tout cela n’est pas forcément à rejeter, car derrière ces quelques principes il y a des dépassements de soi qui sont aussi ce que la Parole de Dieu attend de celui qui prétend être disciple de Jésus-Christ.

Ce qui est plus suspect ce sont les moyens mis en œuvre pour y arriver.

Ainsi se développe un nouveau métier venu des Etats Unis qui n’existait pas il y a 30 ans.

Un métier très peu encadré : Coach. Tout le monde peut s’auto proclamer « coach ».

On assiste à une explosion du nombre de coach portée par une pression médiatique bien orchestrée.

Aujourd’hui, ils sont de plus en plus nombreux à se faire accompagner individuellement dans leurs projets professionnels et personnels.

Le coach aide la personne à se dépasser, faire émerger le « moi » afin de réussir dans ses projets.

La clé, c’est la réussite.

Le bon coach est joignable à tout moment, grâce aux moyens de communication numérique qui modèlent une nouvelle forme de société.

Le danger du coaching c’est qu’il peut amener à faire croire, que tout est possible à celui qui est bien coaché : c’est un business.

Auparavant, pensant régler leurs problèmes de personnalité, ou encore gommer les dommages d’une éducation ratée, d’une histoire de vie perturbée, d’une faille de la personnalité, le citoyen du 20ième siècle n’hésitait pas à s’allonger sur le divan d’un psychologue pour d’innombrables séances.

Cela coutait cher, et en dehors des séances d’introspection, le patient était de nouveau seul et livré à ses problèmes.

Le citoyen du 21ème siècle fait appel à un coach.

Le principe du coaching est d’aider à dépasser les inhibitions jusqu’à l’émergence d’un égo jugé « bien dimensionné ».

Ce ne sont pas des théories nouvelles.

Le problème c’est qu’aujourd’hui c’est devenu une culture.

Un modèle de société de la réussite et du dépassement de soi.

Par contre, ce qui est étonnant c’est que le divan du psychologue avait généralement très mauvaise presse dans les Églises.

Alors qu’il semblerait  que le coaching  soit beaucoup plus facilement toléré.

Tout cela est à l’opposé du modèle de l’Évangile qui parle de mort du vieil homme. De mort à soi-même.

Jean-Baptiste déclarait : « il faut que Jésus croisse et que je diminue ».

C’est Christ qui doit grandir dans ma vie et moi, je dois disparaître.

Le meilleur coaching possible, c’est la Parole de Dieu par le Saint-Esprit. Et si cela n’est plus, c’est que le christianisme a raté quelque chose.

C’est la parole de Dieu qui transforme durablement les êtres humains et elle ne le fait suivre d’aucun chagrin contrairement aux théories humaines.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut