Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Aimer ses ennemis

9 décembre 2020

Aimer ses ennemis

Aimer ses ennemis

S’il est une parole de Jésus qui suscite beaucoup d’interrogations et parfois même de l’opposition c’est ce qu’il ordonne de faire à ses disciples lorsqu’il est sur une montagne de Galilée

Il dit : « moi, je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent ».

Pardonner à ses ennemis c’est quelque chose de très difficile. Faire du bien à celui qui vous a pris quelque chose de précieux, qui vous a fait souffrir ou qui vous fait encore souffrir, c’est surhumain. Mais alors là… Aller jusqu’à aimer ses ennemis, qui peut le faire ?

En fait, il ne fait que reprendre un commandement de la première alliance qui dit « tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Le mot hébreu pour « prochain » a le sens de « compagnon » donc, ami et aussi le sens de, mauvais, c’est-à-dire celui qui veut du mal. Donc aimer le prochain, c’est aimer ses amis et ses ennemis. Pourquoi donc, aller jusqu’à « aimer » ?

La première chose à retenir c’est que « Dieu est Amour » et que l’amour est plus fort que tout. Il est plus fort que la haine, que la mort, plus fort que la malédiction. La haine produit la haine, l’amour produit l’amour. L’amour transforme celui qui aime, il vit dans la paix et c’est Dieu seul qui lui fait justice.

Ensuite il faut se rappeler que « Aimer » selon Dieu, ce n’est pas prendre chez l’autre ce qui plaît, aimer c’est donner, se donner. Jésus a tant aimé le monde qu’il donné sa vie pour lui. C’est par l’amour que les enfants de Dieu sont le sel de la terre et la lumière du monde.

Quand Jésus dit : « aimez-vos ennemis », c’est un ordre qu’il donne, ce n’est pas une proposition. Celui qui est disciple de Jésus obéit à ses commandements. Et obéir n’est pas une question d’envie, c’est une décision, un choix volontaire. Puisque Jésus m’ordonne d’aimer mes ennemis, je veux lui obéir, je décide de lui obéir et je dis : « Seigneur, je veux obéir à ton commandement, je veux aimer mes ennemis. Je te demande pardon pour mon incapacité naturelle à le faire, mais aujourd’hui, je décide d’aimer mes ennemis comme tu l’ordonnes ; viens je te prie, à mon secours ». Après cette prière et avoir pris cette décision, alors, et seulement alors, le miracle du don de Dieu par le Saint-Esprit se produit ; l’amour nait dans le cœur ; puis il grandit et devient fort et indestructible. C’est un amour qui pardonne, qui renonce à se venger, qui a de la compassion et qui donne à celui qui a besoin.

Il n’y a que l’Amour « don de Dieu » qui permette d’aimer ses ennemis, de pardonner tout, de supporter tout. C’est par cet amour que Jésus veut que nous nous aimions les uns les autres. Il suffit de prendre la décision de vouloir aimer ses ennemis, de le demander à Dieu dans la prière, et Dieu nous exauce.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut