Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Adapter les plan

3 août 2020

Adapter les plan

Adapter les plan

Dans une chronique précédente nous avions vu que Dieu pouvait être amené à modifier ses plans pour les adapter en fonction des décisions des hommes qu’il a voulu libres et autonomes.

Les plans de Dieu sont parfaits. Ils finissent tous par s’accomplir parce que rien ne peut s’opposer à ce que Dieu a décidé. Par contre, à cause des choix des hommes et de leurs actions, ils peuvent être différés.

Dans cet esprit, on peut se poser la question : « Jésus devait-il revenir plus tôt ?

C’est une interrogation que les chrétiens se posent depuis longtemps et nous n’avons certainement pas la prétention d’y apporter une réponse définitive en quelques lignes.

Néanmoins, il est possible de citer au moins une vingtaine de versets qui laissent entendre que Jésus, après sa résurrection, ne quittait pas la terre pour très longtemps.

Ces versets se retrouvent chez chacun des auteurs du nouveau testament.

En voici quelques-uns :

L’avènement du Seigneur est proche – le juge est la porte (Jacques). – Il ne tardera pas (hébreux) -La fin de toutes choses est proche (Pierre) – Oui je viens bientôt (Apocalypse),  Le Seigneur est proche (Paul)

Les disciples n’écrivaient pas ces versets de leur propre volonté. Ils étaient inspirés par l’Esprit de Dieu.

Nous croyons que c’est Dieu qui les a écrits.

Et donc les disciples étaient certainement persuadés que Jésus allait revenir rapidement.

Or, cela fait tout de même deux mille ans. Et deux mille ans à l’échelle de l’histoire connue de l’homo sapiens, que les scientifiques ne peuvent remonter à plus de dix mille ans, ça fait beaucoup.

Que s’est-il passé ?

Jésus est juif et s’adresse à ses disciples qui sont juifs.

Et lorsque la femme Cananéenne lui demande du secours pour sa fille, il répond :

« Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël ».

Pierre après la pentecôte, ne dit pas autre chose quand il déclare aux juifs : « C’est à vous premièrement que Dieu a envoyé son serviteur pour vous bénir »

C’est donc aux juifs que s’adressait premièrement l’Évangile afin qu’ils entrent dans la nouvelle alliance et deviennent missionnaires ; comme s’ils retrouvaient la vocation originelle que le Père leur adressait au Sinaï : être porteurs de la loi de Dieu aux yeux du monde entier.

Hélas ! Comme ils sont passés à côté de la vocation du Sinaï, les juifs guidés par les pharisiens, rejettent l’alliance nouvelle.

Paul est chassé des synagogues où il annonce l’Évangile.

C’est alors qu’il déclare à deux reprises : « C’est à vous premièrement que la parole de Dieu devait être annoncée ; mais, puisque vous la repoussez, vous jugeant indignes de la vie éternelle, voici, nous nous tournons vers les païens ».

Cela ressemble fort à un contre temps. Un plan initial contrarié par les hommes et qu’il faut adapter.

D’ailleurs  Jésus avait envisagé que ce contretemps pouvait arriver.

N’avait-il pas dit que le maître de la maison, parti en voyage, pouvait tarder à revenir ? Et c’est sans doute ce qui se passe.

Et s’il n’y avait pas eu ce contretemps, Jésus serait-il revenu plus tôt ?

Qui sait ? Dieu sait toutes choses.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut