Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Les lettres de Paul en image: Le mariage en questions

De:

 

 

Message de Dieu au travers des écrits de l’apôtre Paul

Au travers des lettres de l’apôtre Paul à divers églises, je souhaite partager en images, les enseignements de Dieu à toute personne, chrétienne ou non, désireuse de connaitre, ou mieux connaitre notre Créateur.

1.5 Les lettres aux Corinthiens
1 Chapitre 7

Thèmes: Le mariage, le célibat, le divorce.

Mariage, couple

Paul aborde le mariage sous différents aspects. Il commence par évoquer son utilité pour éviter l’immoralité sexuelle. Il poursuit en parlant de l’importance de l’amour mutuel au sein du couple, en insistant sur l’équilibre.

Pour lui, le mariage, comme le célibat sont des dons de Dieu. Il met en avant sa préférence pour le célibat, qui permet de se consacrer entièrement à Dieu.

A ceux qui hésitent, il parle des avantages et des inconvénients, surtout dans un contexte social difficile.

Paul met en avant le côté « sacré » du mariage. Il peut même être une source de salut.

Voici le texte complet de ce chapitre:

1Au sujet de ce que vous m’avez écrit, il est bon pour l’homme de ne pas prendre de femme.
2Toutefois, pour éviter toute immoralité sexuelle, que chaque homme ait sa femme et que chaque femme ait son mari.
3Que le mari rende à sa femme l’affection qu’il lui doit et que la femme agisse de même envers son mari.
4Ce n’est pas la femme qui est maîtresse de son corps, mais son mari. De même, ce n’est pas le mari qui est maître de son corps, mais sa femme.
5Ne vous privez pas l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vous consacrer [au jeûne et] à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente à cause de votre manque de maîtrise.
6Je dis cela comme une concession, et non comme un ordre.
7Je voudrais que tous soient comme moi ; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l’un d’une manière, l’autre d’une autre.
8A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il est bien pour eux de rester comme moi.
9Mais s’ils ne peuvent pas se maîtriser, qu’ils se marient, car il vaut mieux se marier que de brûler de désir.
10A ceux qui sont mariés j’adresse, non pas moi, mais le Seigneur, cette instruction : que la femme ne se sépare pas de son mari
11– si elle est séparée de lui, qu’elle reste sans se remarier ou qu’elle se réconcilie avec son mari – et que le mari ne divorce pas de sa femme.
12Aux autres, ce n’est pas le Seigneur, c’est moi qui dis : si un frère a une femme non croyante et qu’elle soit d’accord d’habiter avec lui, qu’il ne divorce pas d’elle ;
13et si une femme a un mari non croyant et qu’il soit d’accord d’habiter avec elle, qu’elle ne divorce pas de son mari.
14En effet, le mari non croyant bénéficie de la sainteté de sa femme, et la femme non croyante bénéficie de la sainteté de son mari ; autrement, vos enfants ne seraient pas purs, alors qu’en réalité ils sont saints.
15Si le non-croyant veut se séparer, qu’il le fasse ; le frère ou la sœur n’est pas lié dans un tel cas. Dieu nous a appelés à vivre en paix.
16En effet, comment peux-tu savoir, femme, si tu sauveras ton mari ? Ou comment peux-tu savoir, mari, si tu sauveras ta femme ?
17Par ailleurs, que chacun vive selon la part que le Seigneur lui a attribuée, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu. C’est ce que je prescris dans toutes les Eglises.
18Quelqu’un était-il circoncis quand il a été appelé ? Qu’il ne cherche pas à le cacher. Quelqu’un était-il incirconcis quand il a été appelé ? Qu’il ne se fasse pas circoncire.
19La circoncision n’est rien et l’incirconcision n’est rien non plus, mais ce qui compte, c’est le respect des commandements de Dieu.
20Que chacun reste dans la condition qui était la sienne lorsqu’il a été appelé.
21Etais-tu esclave quand tu as été appelé ? Ne t’en inquiète pas mais, si tu peux devenir libre, profites-en plutôt.
22En effet, l’esclave qui a été appelé par le Seigneur est un affranchi du Seigneur ; de même, l’homme libre qui a été appelé est un esclave de Christ.
23Vous avez été rachetés à un grand prix : ne devenez pas esclaves des hommes.
24Frères et sœurs, que chacun reste devant Dieu dans la condition qui était la sienne lorsqu’il a été appelé.
25Au sujet des personnes non mariées, je n’ai pas d’ordre du Seigneur, mais je donne un avis, en homme qui a reçu du Seigneur la grâce d’être digne de confiance.
26Voici donc ce que j’estime bon, à cause des temps actuels de détresse : il est bon pour chacun de rester comme il est.
27Es-tu lié à une femme ? Ne cherche pas à rompre ce lien. N’es-tu pas lié à une femme ? Ne cherche pas de femme.
28Si toutefois tu te maries, tu ne pèches pas, et si la jeune fille se marie, elle ne pèche pas. Cependant, les personnes mariées connaîtront des souffrances dans leur vie, et je voudrais vous les épargner.
29Ce que je veux dire, frères et sœurs, c’est que le temps est court. Désormais, que ceux qui ont une femme soient comme s’ils n’en avaient pas,
30ceux qui pleurent comme s’ils ne pleuraient pas, ceux qui se réjouissent comme s’ils ne se réjouissaient pas, ceux qui achètent comme s’ils ne possédaient pas,
31et ceux qui jouissent de ce monde comme s’ils n’en jouissaient pas, car le monde dans sa forme actuelle passe.
32Or, je voudrais que vous soyez sans inquiétude. Celui qui n’est pas marié se préoccupe des affaires du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur,
33alors que celui qui est marié se préoccupe des affaires de ce monde, des moyens de plaire à sa femme.
34Il y a aussi une différence entre la femme non mariée et la jeune fille : celle qui n’est pas mariée se préoccupe des affaires du Seigneur, afin d’être sainte de corps et d’esprit, alors que celle qui est mariée se préoccupe des affaires de ce monde, des moyens de plaire à son mari.
35Je dis cela dans votre intérêt ; ce n’est pas pour vous imposer des contraintes, mais pour vous montrer ce qui est convenable et à même de vous attacher au Seigneur sans tiraillements.
36Si quelqu’un estime agir de façon inconvenante envers sa fiancée en la laissant dépasser la fleur de l’âge et si tel doit être le cas, qu’il fasse comme il le veut. Il ne pèche pas, qu’ils se marient.
37Quant à celui qui tient ferme dans son cœur, sans contrainte et avec l’exercice de sa propre volonté, et qui a décidé en lui-même de garder le célibat, il fait bien.
38Ainsi, celui qui se marie [avec sa fiancée] fait bien, et celui qui ne se marie pas fait mieux.
39Une femme est liée ? par la loi ? à son mari aussi longtemps qu’il est vivant ; mais si le mari meurt, elle est libre de se remarier avec qui elle veut, à condition que ce soit dans le Seigneur.
40Cependant, à mon avis, elle est plus heureuse si elle reste comme elle est. Et moi aussi, je crois avoir l’Esprit de Dieu.

 

Scroll Up