Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

La tentation de plaire

De:

Depuis plusieurs semaines, un sujet revient régulièrement dans mes méditations personnelles : la tentation de plaire.

Lisons : Jean
5 : 41 & 44 ; Jean 7 : 18 ; Jean 8 : 50 &
54 ; Jean 12 : 42 & 43.

Jésus dit qu’Il ne tire pas Sa gloire des hommes, dénonçant un fait qu’Il observe, qu’on observe aussi :

…les hommes tirent leur gloire les uns des autres (Jean 5 : 44) ! C’est vrai dans la politique, dans tous les lieux de pouvoirs, mais aussi dans toutes sortes de milieux, l’homme cherche la reconnaissance sociale et s’intègre dans des groupes, professionnels ou autres, dans lesquels il obtient une place, une valeur, une gloire des autres hommes (l’Ecclésiaste 4 : 4 dira : « « J’ai vu que tout travail et toute habileté dans le travail n’est que jalousie de l’homme à l’égard de son prochain » »).

En fait, il y a :

– un besoin légitime, la reconnaissance, un des besoins fondamentaux répertoriés par un certain Maslow (Pyramide de Maslow), et
– une pratique illégitime, la recherche de gloire, avec des effets négatifs souvent, à force de chercher la gloire des hommes, on passe à côté de la gloire de Dieu…

Trois points sur ce message : La tentation de plaire :

1) Opposé à la foi

Vouloir plaire peut être opposé à la foi : « « Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres et qui ne cherchez pas la gloire qui vient de Dieu seul ? » » (Jean 5 : 44). Beaucoup de gens refusent de se convertir à Jésus-Christ, de devenir ses disciples, pour plaire à d’autres personnes.

Du temps de Jésus déjà, parmi le peuple, il y avait une pression sociale contre Lui. Les religieux avaient même menacé d’exclure de la synagogue quiconque reconnaissait Jésus comme le Messie (Jean 9 : 22). Du coup, plusieurs croyaient en Lui, mais n’en faisaient pas l’aveu par crainte d’être exclus, car « ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu » (Jean 12 : 42 & 43)… Exemple de Nicodème et Joseph d’Arimathée. Ils étaient disciples en secret… mais la croix les a fait sortir de l’ombre, les a aidés à afficher leur foi…

Le désir de plaire empêche souvent de recevoir Christ pleinement. C’est le cas dans les cultures communautaires où il y a un contrôle social très fort, mais aussi dans nos cultures actuelles : combien de personnes ne viennent pas à l’Église ou ne vont pas jusqu’au bout, juste parce qu’on leur a dit quelque chose de mal sur Jésus ou sur l’Église… Mais Jésus disait : « « Si quelqu’un ne me préfère pas à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple » » (Luc 14 : 26 FC) !

2) Occasion de chute

Une occasion de chute qui peut nous entraîner dans le péché. Pour faire plaisir aux gens qu’on fréquente on peut se mettre à fumer, boire, se droguer (exemple des adolescents), ou critiquer, se moquer d’un autre avec eux… Pour plaire, on prend des fois des positions qu’on n’aurait pas prises : on est influencé par ceux qu’on fréquente, pour plaire à certains on tient des propos qu’ils
apprécient, ou on se montre dur avec d’autres envers lesquels on n’a pas la tentation de plaire.

Pourquoi a-t-on plus envie de plaire à certains ? Les gens à qui on veut plaire ont de l’influence sur nous (lien familial ou position sociale forte), ils suscitent notre admiration, peuvent satisfaire notre intérêt personnel, ou flattent notre égo (ça fait bien d’être avec un tel ou un tel)… Le désir de plaire est un des grands dangers pour nos enfants, à qui vont-ils vouloir plaire ? Aux copains ou auront-ils la crainte de Dieu ?

Mais c’est aussi un danger pour tous (exemple avec la foule face à Jésus, Pilate va dire : « Qui voulez-vous que je relâche, Barrabas ou Jésus ? ». Les religieux crient : « Barrabas » (un meurtrier populaire, bandit célèbre, le Mesrine de son temps ?) ! Que font les foules que Jésus a bénies, guéries, enseignées ? Vont-elles crier plus fort : « Jésus, Jésus » ? Vont-elles se joindre aux religieux ?

Pour Jésus, elles vont crier : « crucifie-Le » trois fois. Ils sont avec les religieux = l’influence, le désir de plaire, la crainte de déplaire (crainte de Dieu ou crainte des hommes ?)…

[Voir la discussion de sociologues pour savoir ce qui influence le plus : le déterminisme social (apprentissage familial et origine catégorie sociale) ou la rationalité individualiste (ce qui est le meilleur pour moi)], et voir le texte que j’ai eu à commenter dans mes études, d’un grand sociologue décédé récemment, disant que ce qui oriente le plus le comportement c’est le désir d’éviter de faire des gaffes, la crainte de déplaire, éviter qu’on se moque de soi, le désir d’être accepté dans le groupe, besoin d’intégration sociale…

C’est une tentation pour les foules mais aussi pour les croyants : l’exemple même un homme de Dieu comme Aaron, quand le peuple est venu le voir pour faire un veau d’or, car Moïse ne redescendait pas de la montagne. Il a subi la pression du peuple et a succombé, se montrant complice d’une idolâtrie qui a failli détruire tout le peuple. Il venait d’entendre de la voix même de Dieu de ne pas se faire de représentation pour le culte, et il en fait une, pour plaire au peuple, dont il perdait la faveur s’il ne le faisait pas (ils l’auraient fait quand même, mais lui, il aurait gardé la faveur de Dieu)…

Il est important d’intégrer qu’on ne peut pas plaire à tout le monde : c’est une vérité à laquelle on revient à chaque fois qu’on est critiqué injustement… et c’est aussi une vérité qu’il faut intégrer pour agir de façon juste sans influence mauvaise. Amen ?

3) Obstacle à l’authenticité

L’obstacle à l’authenticité (vérité, sincérité). La tentation de plaire peut aussi motiver quelqu’un à venir à l’Église, à se faire baptiser ou être à la source de fausses conversions : on veut s’intégrer à l’Église parce qu’elle est sympa ! On veut se sentir mieux accepté, on s’intéresse à Jésus sans plus mais les chrétiens sont tellement bien, qu’on veut être comme eux, sans passer par une vraie repentance, sans réaliser ses péchés, sans changer de vie, sans passion réelle pour Jésus… On veut quelquefois se marier avec un chrétien (une fille, un garçon), alors pour lui plaire, on s’engage avec Christ extérieurement et ça fait des catastrophes au niveau des couples…

La tentation de plaire peut avoir un côté faussement spirituel, mais aussi un côté simplement physique : je réfléchissais à mon sujet, en parlant avec ma femme qui m’a dit tout de suite : «
ça c’est un problème majeur pour les femmes, le désir de plaire sur le plan physique ! » Je n’y avais même pas pensé, mais c’est vrai. Pour les hommes comme pour les femmes, que les jeux
de séduction peuvent être pervers : séduire c’est : charmer, obtenir l’admiration ou la confiance. Il y a une dimension de tromperie aussi, aguicher, amadouer, appâter, etc. Même pour une
déclaration amoureuse, on devrait miser sur la vérité, pas sur la séduction : on a tous un bon profil et un mauvais profil. Quand on envisage de faire sa vie avec quelqu’un on devrait tout lui montrer, pas attendre le mariage pour tout dire. S’il y a un défaut caché, il vaut mieux l’avouer dès le départ. Si l’autre l’accepte il y a un avenir. Mais, si on ne montre que le bon côté,
après c’est la déception ! Du coup le couple devient lourd à assumer…

La Bible montre des hommes qui voulaient plaire, les pharisiens, qui faisaient tout pour être vus des autres. Ils voulaient être remarqués, admirés, appréciés, salués dans les places publiques (le problème n’est pas dans le fait d’être vu, mais dans le fait de vouloir être vu. La motivation n’est pas bonne, à l’extérieur, on peut ne rien remarquer mais, à l’intérieur, Dieu voit les intentions mauvaises)…

Oui, le désir de plaire peut être caché mais il altère la qualité de nos actes… On peut faire la même chose par amour pour les autres ou simplement pour leur plaire, donc par amour de soi… L’apôtre Paul a fait partie des pharisiens, mais quand l’Esprit de Christ a saisi son cœur et conduit sa vie autrement, alors il a écrit : lire Galates 1 : 10 !!

Il faut choisir, plaire aux hommes ou être serviteur de Christ ! Souvent on veut faire les deux. Mais pour bien servir Dieu, il faut renoncer à plaire aux hommes ! Que choisis-tu ? La tentation pourra revenir, mais il faut choisir nettement pour pouvoir tenir !

Ma prière : « Seigneur, c’est à Toi que je veux plaire plus que tout, je ne veux pas tirer ma gloire des hommes, je veux aimer la gloire de Dieu plus que la faveur des  hommes, garde moi des mauvaises influences, rend-moi clairvoyant et lucide. Je choisi l’authenticité et la vérité…

 

 

 

Scroll Up