Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

En Jésus j’ai trouvé tout ce dont j’ai besoin

De:

AddAntibes

Au 21ème siècle, Dieu n’est pas mort, et malgré les preuves évidentes de sa merveilleuse vie, tant d’êtres ne veulent pas venir à Lui pour avoir cette vie.

Pour ce qui me concerne, je traînais la maladie comme quelque chose d’inéluctable. Beaucoup de médecins, beaucoup d’hôpitaux qui à leurs dire devaient m’apporter la santé. Hélas ! Promesses non tenues, car l’homme n’est que l’homme.

Or, un  jour, bien que ne connaissant rien de l’Evangile, ni de Dieu, un jour un peu plus triste qu’un autre, là, enfermée dans ma chambre, je fais monter cette prière vers ce Dieu inconnu : « Oh Dieu ! Donne-moi aujourd’hui ce dont j’ai besoin ! »
Comme Il s’est empressé de répondre à ma prière en m’adressant un prospectus par le biais de Ses enfants ; prospectus qui justement parlait de guérison. Je suis allée écouter le message de l’Evangile avec une grande joie. Et quelle découverte !!
Aussi, ce 23 octobre 1964, je fus fortement convaincue que dans cette modeste salle où les vérités de la Bible étaient annoncées, je trouverais désormais tout ce dont j’avais besoin. Ce jour là, je suis née de nouveau et j’emboîtai le pas de Jésus.
Quel chemin ! Quel pardon ! Quelles guérisons ! Aussi diverses les unes que les autres. J’y ai découvert une vraie famille, accueillante, pleine de compréhension pour la brebis effarouchée  que j’étais. J’aime Jésus, c’est l’homme qu’on appelle Jésus. Venir à Lui a été la plus sage décision que j’ai prise, et puis être  sauvé signifie que l’on sait être perdu et avoir la joie de naître de nouveau c’est garder son dépôt. Il vient, car en écoutant et regardant bien on entend déjà ces pas !

« J’ai marché longtemps en cherchant un secours. Un endroit où je pourrais me reposer toujours.
J’ai cherché tous les jours la bonne main tendue. Mais dans tout ce vacarme je ne l’ai pas vue.
Et pourtant l’hôte divin s’est arrêté ce jour là dans ma vie,  si bien préparée par la prière
de ceux qui l’avaient connu.
Oh ce jour là ! Que dire ! Le Seigneur fut ému de retrouver enfin sa brebis blessée.
Il la cacha pour qu’elle ne soit plus affolée.
Son baume, son huile, Il l’appliqua et sa merveilleuse guérison se manifesta.
Comprenez son amour, ma reconnaissance.
J’avais de l’âge, mais je suis rentrée dans la nouvelle naissance,
qui me permet de rester auprès de Lui chaque jour et veiller pour ne pas aller dans un autre labour. »

Gisèle Sciutto

Scroll Up