Église Antibes Côte d'Azur Église Antibes Côte d'Azur

Brigitte, Guérison du cœur et de l’âme

De:

La solitude, la peur et le manque d’amour.

Je suis née dans le nord de la France dans une famille où il y avait quatre filles, deux plus âgées que moi et ma petite sœur 7 ans plus jeune.

Mon père était un homme violent, autant en paroles qu’en actes lorsqu’il était sous l’emprise de l’alcool. Ma maman était une toute petite femme qui n’avait aucune défense face à cette violence. Presque toutes les nuits, il la battait en proliférant des mots que je n’ose même pas prononcer. Le matin, la peur au ventre, je me demandais toujours si maman était vivante ou complètement défigurée. Il n’avait aucun respect pour elle ou pour nous, nous n’avions pas droit à la parole et surtout nous avions toujours cette peur panique qui nous enveloppait.

J’étais trop petite pour la défendre, c’était l’impuissance totale pour moi. Personne ne nous venait en aide, aucun voisin, aucun ami et personne de la famille. Tout le monde savait, mais personne n’agissait. Ce terrible sentiment de solitude me tenaillait. A l’école, je ne parlais pas car je croyais que c’était comme ça dans toutes les maisons, dans toutes les familles.

Chaque fois que je devais rentrer chez moi je me faisais dessus. C’était la honte pour moi. Et c’est vers l’âge de 10 ans que je compris que ces incontinences étaient dues à la peur. Là encore, pas d’explications, pas d’aide morale.

J’allais au catéchisme et là j’entendais parler de Jésus. Et puis, un soir, je me souviens que mon père était encore emporté dans une de ses folies furieuses, qu’il criait et insultait. J’avais tellement peur, que mon cœur ne cessait de battre à toute vitesse. J’en étais épuisée. Et là je me mis à prier et à demander à Dieu de mettre sa main sur mon dos et de me faire dormir sans plus rien entendre. Cette nuit-là, je dormis, et je pus sentir une main posée sur mon dos. Je devais avoir 14 ans.

Je me suis mariée très jeune, à l’âge de 18 ans. Ma petite sœur avait 11 ans. Je pleurais pour elle car je savais ce qu’elle vivait. J’aurais tant aimé l’emmener avec moi !

La première année de mon mariage, je finissais le travail le soir à 22h. Avant de rentrer, j’allais écouter à la porte de chez mes parents pour voir si mon père faisait son scandale. Si c’était le cas, j’entrais et emmenais ma petite sœur chez moi. Quelle tristesse ! Toutes ces années ont été marquées par la révolte et la colère. Je ne trouvais pas la paix.

Mais où es tu Dieu ?

Mon mari est très gentil. Il a grandi dans une famille où il y avait de l’amour. Nous avons eu trois enfants. La nuit j’avais toujours cette peur…. Je n’étais pas une maman câline. Comment donner quand on ne vous a jamais donné? Je ne savais pas faire. J’avais un cœur, mais il était vide!

Quand je suis entrée pour la première fois dans l’église évangélique, j’étais au bout du rouleau et ma famille vivait dans une constante tristesse. Dimanche après dimanche j’entendais les témoignages de vies dans les familles, les guérisons et je comprenais que je n’étais pas responsable de cette vie que j’avais. C’est à ce moment que je sus que Dieu allait reconstruire tout ce que l’on avait brisé dans ma vie.

Le Seigneur était en route!

La première chose dont Dieu m’a guérie fut la peur! Je dormais enfin, j’avais la paix au fond de moi et finie la culpabilité. C’est l’amour qui a pris sa place.

Dieu m’a enlevé la honte de tout ce passé, et c’est pour cela qu’aujourd’hui je peux en parler en toute liberté ! Le pardon, c’est ce qui a guéri ma vie.

Un jour j’ai demandé au Seigneur si c’était vrai qu’Il était là depuis toujours. Je voulais savoir où? Quand? Comment? Pour moi il ne s’était jamais manifesté. Et là je sus que c’était une erreur. La même nuit, je fis un rêve: J’étais dans ma chambre, replacée dans le même contexte, chez mes parents, avec les cris que j’entendais et la même peur… Et je sentais la main posée sur mon dos et cette voix qui me disait: «j’étais là, près de toi, tu n’étais pas seule». Je fus convaincue que je ne serai plus jamais seule! Il avait guéri mon cœur et mon âme.

Mon père et ma mère ont donné leur vie au Seigneur alors qu’ils avaient 70 ans et ma petite sœur à l’âge de 20 ans.

PSAUME 23

L’éternel est mon berger je ne manquerai de rien.
Il me fait reposer dans de verts pâturages.
Il me dirige vers les eaux paisibles.

Scroll Up